Chronique : Rosa Montero, « La chair »

Rosa Montero, La chair, Les Rivages d'Onitsha

Chronique : Rosa Montero, « La chair »

Chronique du roman « La chair » :

Rosa Montero est l’auteure, mais un personnage de ce roman dont l’héroïne, Soledad, se bat contre le destin de son prénom (Solitude), à un moment de sa vie, l’entrée dans la soixantaine, où peuvent commencer les dernières fois, et où les places sociales acquises sont remises en question par l’arrogance des générations montantes.

Soledad est donc en guerre, contre elle-même, contre son enfance de souffrances partagées avec sa sœur au prénom aussi significatif que le sien (Dolorès), contre celles et ceux qui l’ont abandonnée, comme Pedro, ou pourraient le faire, contre celles et ceux qui affichent leur  bonheur niais de couple, de parents, alors qu’elle est seule et sans enfants.

Au cours de ce récit, Soledad fait deux rencontres qui comptent. Celle d’un jeune gigolo russe avec qui se noue une relation mercantile certes, mais aussi ambiguë mêlant sexe, relation de protection quasi maternelle et méfiance jalouse aux aguets. Celle de la journaliste Rosa Montero qui apporte dans ce moment de crise existentielle, quelques clés de compréhension à l’héroïne.

Les lectrices et lecteurs partagent aussi dans cette lecture ce que Soledad découvre du monde à travers son aventure avec Adam : la dureté de l’exploitation des immigrés en Espagne, la toute puissance de certaines mafias, la précarité de ceux qui n’ont rien dans une société ou  quelques protégés du mode des arts et de la culture se livrent à des combats mesquins.

A travers cet épisode de la vie d’une femme à un moment clé de sa carrière professionnelle et de sa vie de femme, Rosa Montero livre un aperçu des années de crise en Espagne, plein d’humour et de gravité. Soledad est exaspérante par certains aspects, mais aussi profondément humaine. Son histoire nous amuse et nous émeut, nous tient en haleine et, finalement, témoigne de la force de l’élan vital contre toutes les
manigances de la vie.

Pour commander cet ouvrage :

Commandez, dès à présent, ce livre chez votre librairie indépendante, Les Rivages d’Onitsha, située à Roanne, dans la Loire (ex librairie Mayol).

Mots-clés supplémentaires

  • Les Rivages d’Onitsha Roanne
  • Librairie Mayol
  • Carrière
  • Crise
  • Femme
  • Gigolo
  • Immigration
  • Jalousie
  • Mafia
  • Précarité
  • Sexe
  • Soixantaine
  • Solitude

Edition Métaillé, février 2018, ISBN 978 27 578 7091 4, , 6.60€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *