Chronique : Léonor de Récondo, « Rêves oubliés »

Chronique : Léonor de Récondo, « Rêves oubliés »

Chronique du roman « Rêves oubliés » :

Le nom de cette écrivaine, violoniste de talent par ailleurs, renvoie au pays basque espagnol. Les prénoms de ses personnages issus de son passé familial aussi : Aïta et Ama, ses arrière grands parents, Otzan, Zantru et  Iduri, leurs trois garçons.

C’est à l’exil de cette famille dont le destin s’est joué pendant les conflits de la grande Histoire que s’intéresse Léonor de Récondo dans ce deuxième roman.

A partir des récits qu’elle a pu saisir ou reconstituer, elle s’efforce de retracer ce que représenta cette épreuve pour les siens. En 1936, au pays basque espagnol, sa famille fut menacée de mort (sans doute par quelques anarchistes, les persécuteurs ne sont pas clairement identifiés) pour le seul motif qu’elle appartenait à une bourgeoise aisée, et elle dut passer la Bidassoa pour y échapper. Les frères de son arrière grand-mère étaient de leur côté très engagés en faveur de la république espagnole.

A travers de courts chapitres écrits au présent dans une langue sobre, l’auteur retrace le parcours que le clan a effectué, à Hendaye puis dans les Landes, pour ceux qui purent échapper aux camps d’internement. Parcours géographique, mais surtout parcours social car ces privilégiés durent travailler la terre et vivre dans des conditions matérielles précaires, et parcours mental, chacun essayant de survivre à l’exil à sa façon. Comme le soulignait Léonor de Récondo dans un entretien réalisé dans le cadre de la Comédie du livre de Montpellier en 2018, les trois générations réagirent de façon bien différente.

Le récit se fait partiellement par le biais du journal imaginaire de la mère toute dévouée aux siens qui se réfugiait la nuit dans cet espace intime. Dans ces lignes transcrites en italiques, comme pour les pensées des personnages, le style se fait lyrique et même poétique.

Le registre général est plus mélancolique que tragique. Quelques scènes sauvées ici et là comme de vieilles photos fixent une mémoire en train de s’effacer. Cette histoire n’est pas douloureuse pour son héritière bien intégrée qu’est Léonor de Récondo, mais qui ne veut pas oublier.

Pour commander ce livre :

Vous trouverez le livre de Léonor de Récondo chez votre libraire indépendant, Les Rivages d’Onitsha, à Roanne, dans la Loire (ex librairie Mayol).

Mots-clés supplémentaires

  • Les Rivages d’Onitsha Roanne
  • Librairie Mayol
  • Léonor de Récondo
  • Espagne

Edition Point, août 2013, ISBN 978 27 578 3435 0, , 6.50€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *